Accueil du site > Connaître l’Afea > Éditoriaux et communiqués > Edito Janvier 2014. En Italie, les anthropologues se mobilisent pour créer (...)

Edito Janvier 2014. En Italie, les anthropologues se mobilisent pour créer une association professionnelle.

mercredi 8 janvier 2014

Suite à l’ adoption, il y a un an, de la loi n° 4 du 14 Janvier 2013, intitulée : ”Dispositions à propos des professions qui ne sont pas organisées”, une association professionnelle des anthropologues est en train de se constituer à l’initiative de sociétés ou associations scientifiques (ANUAC, AISEA, SIAM, SIMBEDEA) et de plusieurs groupes de jeunes anthropologues tels que le Réseau national d’anthropologie précaire.
Cette loi était attendue par près de trois millions de professionnels qui n’étaient pas organisés en ordres ou en collèges. Elle a donc rempli un vide juridique. Désormais, elle permet à ces professionnels de s’appuyer sur des profils liés à des formations et par là, de mettre en valeur leurs compétences, tout en protégeant les clients et en leur garantissant un niveau de qualité des prestations fournies.
Jusqu’à maintenant, les anthropologues italiens n’étaient pas coordonnés d’un point de vue professionnel, comme dans d’autres pays européens. Lorsqu’ils pénétraient sur le marché du travail, dans la plupart des cas, leurs compétences d’analyse et d’intervention dans une variété de domaines – médecine, migration, coopération internationale, interculturalité, patrimoine, cultures locales, etc.- étaient indépendantes d’une formation d’anthropologue ou de profils professionnels reconnus, qu’ils soient employés dans le secteur public ou dans le secteur privé.
L’association professionnelle qu’ils travaillent à constituer va leur permettre de réglementer leurs pratiques et ainsi les promouvoir. La tâche de cette association sera donc avant tout de protéger la profession d’anthropologue, en assurant sa visibilité et son instutionalisation dans different secteurs publics et privés. Elle se propose également d’adopter un code d’éthique qui régira la conduite de ses membres, allant jusqu’à établir des sanctions en cas de violation des règles de conduite défendues dans ce code.
Un autre champ d’action de l’ Association est la formation. Car il arrive actuellement que des personnes sans qualification discréditent la profession. Pour éviter ce travers, l’association proposera plusieurs formations permettant d’exercer la profession à différents niveaux d’expertise et gèrera la formation continue de ses membres, en collaboration avec les associations scientifiques.
Ces différentes activités devraient permettre d’assurer une qualité des services anthropologiques et ainsi, rassurer d’éventuels commanditaires d’expertise.
Une tâche difficile est ouverte pour cette nouvelle association qui devra agrandir l’espace de la profession anthropologique en dehors des institutions universitaires et de recherche. Même si elle présente des similitudes avec les ordres professionnels, elle revendique d’ores et déjà moins de rigidité et de protectionnisme. Elle a pour objectif d’assurer la visibilité, la légitimité et la protection de la profession .

Cristina Papa, présidente de l’ANUAC
http://www.anuac.it/


proposer une traduction


Dernière mise à jour de cette page le mercredi 8 janvier 2014 à 15:07:42. //// -----> Citer cette page?
"Edito Janvier 2014. En Italie, les anthropologues se mobilisent pour créer une association professionnelle. " [en ligne], in
Afea, Association française d’ethnologie et d’anthropologie, page publiée le 8 janvier 2014 [visitée le 27 mars 2017], disponible sur: http://www.asso-afea.fr/Edito-Janvier-2014-En-Italie-les.html

Plan du site
SPIP | contact | | | mentions légales | inscription | Suivre la vie du site RSS 2.0 |